> > A venir

A venir

L’Orientalisme. Fin 19°- 1ère moitié du 20° s.

Expositions25 janvier - 29 avril

Le musée présente, à partir d'une sélection de dessins, de peintures et de sculptures de ses collections l'Orient vu par les artistes au 19e et 20e s.

Dans le cadre des Complicités avec le Grand Théâtre de Tours, le musée propose un parcours thématique autour de l’Orientalisme si présent dans la peinture française du 19e au début du 20e s., notamment dans les oeuvres de Delacroix, Belly, Chassériau... Ce parcours se fait l’écho pictural de la représentation de L’Italienne à Alger, composée par Gioachino Rossini (1824), et programmée du 1er au 5 février 2019.

Au 19e siècle, le courant orientaliste influence tous les domaines artistiques, notamment la peinture et la musique. Nombreux sont les artistes qui ressentent un attrait irrésistible pour un Orient lointain et fantasmé. Le voyage en Orient (qui comprend également l’Afrique du Nord) complète parfois le traditionnel voyage en Italie.

Sous l’influence de l’esthétique naturaliste, qui commence à se développer, ainsi que l’apparition de la photographie, les peintres cherchent désormais à représenter une vision plus réaliste de l’Orient, et s’attachent également à de nouveaux sujets comme les paysages orientaux, jusque-là peu représentés.

Monumental Balzac

MONUMENTAL BALZAC. Petite histoire des monuments au grand écrivain

18 mai / 2 septembre 2019

Expositions à venirCette exposition s’inscrit dans le contexte de la commémoration du 220ème anniversaire de la naissance de Balzac à Tours, qui donnera lieu à de nombreux événements (expositions, conférences, spectacles, parcours dans la ville…).

La vie des monuments publics est beaucoup moins paisible que ce que l’on pourrait croire ! Les statues érigées en hommage à Honoré de Balzac en donnent d’éloquents exemples, à commencer par la toute première, œuvre du sculpteur Paul Fournier, qui fut inaugurée à Tours en 1889, et qui a été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

A Paris, la Société des Gens de Lettres souhaitait elle aussi rendre hommage à Balzac, qui avait été l’un de ses premiers présidents. En 1888, elle passa commande à un premier sculpteur, Henri Chapu, qui mourut sans avoir pu dépasser le stade des esquisses et de la maquette. L’artiste suivant n’était autre qu’Auguste Rodin, qui à cette occasion créa l’un de ses plus grands chefs-d’œuvre, après sept années d’une gestation douloureuse. Son Balzac suscita en 1898 une polémique très importante pour l’histoire de l’art en général et pour celle des monuments publics en particulier, autour de questions comme la liberté de l’artiste ou encore la ressemblance entre le monument et le personnage qu’il doit honorer. L’œuvre fut finalement refusée par son commanditaire, et c’est un troisième artiste, Alexandre Falguière, qui réalisa la statue inaugurée à Paris en 1902.

À Tours, la disparition du monument de Paul Fournier, en 1942, donna au sculpteur Marcel Gaumont l’occasion d’imaginer un ambitieux projet d’œuvre de remplacement, qui n’aboutit pas. Aujourd’hui, la Ville de Tours souhaite de nouveau rendre hommage à Balzac par la création d’une œuvre d’art contemporain.

Grâce notamment à un prêt exceptionnel du musée Rodin (incluant 25 sculptures de l’artiste), l’exposition présentera plus d’une centaine d’œuvres : dessins, sculptures, peintures, estampes, photographies, documents d’archives, évoquant les projets et les monuments de Paul Fournier, Henri Chapu, Auguste Rodin, Alexandre Falguière, Anatole Marquet de Vasselot, ainsi que des Tourangeaux François Sicard et Marcel Gaumont.

En savoir plus

L’Invention musicale de Léonard de Vinci

Expositions

REPORTÉ Automne 2019

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, l’exposition de poche et la diffusion du documentaire réalisé par le C.E.S.R. (Centre d’études supérieures de la renaissance) sont reportées à l’automne 2019

Toutefois, trois œuvres exceptionnellement sorties des réserves vous sont présentées jusqu’au 25 avril 2019 au rez-de-chaussée.

Le musée des Beaux-Arts s’associe aux commémorations Viva Leonardo da Vinci, 500 ans de RenaissanceS en Centre-Val de Loire et présentera une exposition de poche réalisée en partenariat avec le C.E.S.R. (Centre d’études supérieures de la renaissance).

Un documentaire inédit expliquant les processus de création musicale chez Léonard de Vinci sera diffusé. Ce documentaire est en copurs de réalisation grâce aux recherches effectuées par Camilla Cavicchi (IE CNRS) musicologue de Ricercar, programme de recherche en musicologie du C.E.S.R. Il présentera les esquisses d’instruments de musique inventés par Léonard et les annotations musicales qu’il a mentionnées. La bande son sera rythmée par des musiques de l’époque de l’artiste et inventeur de génie.

Peintures, dessins, sculptures, accompagneront cette exposition musicale.