> > A venir

A venir

Les encres poétiques de François Cheng

Expositions5 octobre 2018 - 7 janvier 2019

Le poète chinois, François Cheng, membre de l’Académie française, présente pour la première fois sur les cimaises d’un musée, quelques-unes de ses plus belles calligraphies

Poète et écrivain, membre de l’Académie française, François Cheng est aussi l’auteur de nombreuses calligraphies. Il évoque cet art dans plusieurs ouvrages notamment Vide et plein : le langage pictural chinois ou encore Et le souffle devient signe.

Les liens personnels très forts qu’il entretient avec la Touraine l’ont incité à accepter d’exposer pour la première fois plusieurs de ses calligraphies.

Arrivé en France en 1948, François Cheng décide de s’y installer définitivement, motivé par sa passion pour la culture française.

En 1977 il publie son premier ouvrage en français, L’Écriture poétique chinoise, dans lequel il livre ses réflexions sur la pensée, la peinture et l’esthétique chinoises. La sémiologie est aussi au coeur de ces réflexions, elle est une voie pour comprendre les liens forts qui unissent la culture occidentale et la culture chinoise mais aussi la contemporanéité de cet art qu’est la calligraphie.

Champion Métadier - Fragments - Transit - Disconnected

16 novembre 2018 - 25 février 2019

ExpositionsCette exposition met à l’honneur la donation importante que l’artiste a généreusement offerte au musée des Beaux-Arts en 2017.
Cet ensemble, composé de quatre grandes toiles et de cinq pastels, complète une première donation faite en 2000. Rappelons que Tours est la ville natale d’Isabelle Champion Métadier, qui a été élève à l’École des beaux-arts de cette même ville avant de poursuivre sa formation à Paris, à l’École nationale supérieure des beaux-arts.
Entre juin et septembre 1990, l’artiste a résidé dans une villa située au Cap Brun, dans le Var, où elle a exécuté une série de sept grandes oeuvres, sous le titre générique Fragments (toutes de mêmes dimensions : H. 150; L. 275 cm). Conformément à sa pratique de l’époque, l’artiste a utilisé pour leur réalisation un mélange de résine acrylique et de pigments naturels qu’elle broyait, à la recherche de nuances précises : rouge vermillon, orangé de cadmium, jaune fluorescent, rose saumon, vert pâle, bleu d’outremer, différents gris… Sur ces couleurs vibrantes et fortes, viennent se placer des motifs puisés dans l’environnement naturel de cette villa du Cap Brun : pins méditerranéens aux formes variées, ifs, fruits (poires, citrons, cerises, raisin…), ainsi que des délimitations géométriques et des cadrages.

Champion Métadier affirme que les oeuvres de la série des Fragments correspondent à une période importante de sa vie d’artiste.
Depuis 2011 elle est passée à un mode de création tout à fait différente. La peinture n’est en effet plus son moyen d’expression, elle l’a remplacée par l’usage de la photographie et de l’ordinateur, pour la production de dessins et d’estampes numériques souvent de très grandes dimensions.
En complément de cette donation sont ainsi exposées différentes compositions plus récentes qui à la fois témoignent de cette nouvelle direction et viennent faire écho à ces grandes oeuvres.

L’Invention musicale de Léonard de Vinci

Expositions11 janvier - 8 avril 2019

Le musée des Beaux-Arts s’associe aux commémorations Viva Leonardo da Vinci, 500 ans de RenaissanceS en Centre-Val de Loire en présentant une exposition de poche réalisée en partenariat avec le C.E.S.R. (Centre d’études supérieures de la renaissance).

Un documentaire inédit expliquant les processus de création musicale chez Léonard de Vinci sera diffusé. Ce documentaire a été réalisé grâce aux recherches effectuées par Camilla Cavicchi (IE CNRS) musicologue de Ricercar, programme de recherche en musicologie du C.E.S.R. Il présente les esquisses d’instruments de musique inventés par Léonard et les annotations musicales qu’il a mentionnées. La bande son est rythmée par des musiques de l’époque de l’artiste et inventeur de génie.

Peintures, dessins, sculptures, accompagneront cette exposition musicale.

L’Orientalisme. Fin 19° - 1ere moitié du 20° s.

Expositions25 janvier - 15 avril

Le musée présente, à partir d'une sélection de dessins, de peintures et de sculptures de ses collections l'Orient vu par les artistes au 19e et 20e s.

Dans le cadre des Complicités avec le Grand Théâtre de Tours, le musée propose un parcours thématique autour de l’Orientalisme si présent dans la peinture française du 19e au début du 20e s., notamment dans les oeuvres de Delacroix, Belly, Chassériau... Ce parcours se fait l’écho pictural de la représentation de L’Italienne à Alger, composée par Gioachino Rossini (1824), et programmée du 1er au 5 février 2019.

Au 19e siècle, le courant orientaliste influence tous les domaines artistiques, notamment la peinture et la musique. Nombreux sont les artistes qui ressentent un attrait irrésistible pour un Orient lointain et fantasmé. Le voyage en Orient (qui comprend également l’Afrique du Nord) complète parfois le traditionnel voyage en Italie.

Sous l’influence de l’esthétique naturaliste, qui commence à se développer, ainsi que l’apparition de la photographie, les peintres cherchent désormais à représenter une vision plus réaliste de l’Orient, et s’attachent également à de nouveaux sujets comme les paysages orientaux, jusque-là peu représentés.