UA-10909707-12

Fermeture jusqu'au 15 décembre

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le Musée des Beaux-Arts est fermé au public du vendredi 30 octobre au mardi 15 décembre inclus.
Toutes les visites et tous les événements de la programmation culturelle sont annulés pendant cette période.

> > > 14-16e siècle

14-16e siècle

Les Funérailles de Saint Benoît

LIPPO d'Andrea

Florence, 1377 – avant 1451

Les Funérailles de Saint Benoît

Tempera sur bois

H. 26 cm L. 98,5 cm.

Legs Octave Linet, 1963

Inv. 1963-2-4

Notice complète

Le panneau représente les funérailles de saint Benoît et sa montée au ciel, conformément à la vision des deux moines racontée par saint Grégoire le Grand dans ses Dialogues et par Jacques de Voragine dans la Légende dorée, selon laquelle le saint serait monté au ciel par un chemin orné de tapis et resplendissant de lumière qui, ici, est indiqué de manière pauvre et schématique.

On peut facilement reconnaître l'auteur de ce panneau, qui, il y a peu de temps encore, était communément connu sous l'appellation de "pseudo Ambrogio di Baldese", mais que désormais on tend à identifier avec Lippo d'Andrea. La proposition, due à Serena Padovani, repose sur l'attribution au peintre des fresques illustrant les histoires de la Passion dans la chapelle Nerli à Santa Maria del Carmine à Florence, que nous savons exécutée par un certain Lippo.

La façon de peindre peu soignée et la tentative de rendre le volume des figures suggèrent une date avancée, probablement au cours des années 1430, loin de la qualité plus subtile des peintures sur bois et à fresque de l'église dominicaine des Santi Jacopo et Lucia à San Miniato al Tedesco, chefs-d'œuvre juvéniles de l'artiste, vers 1400, caractérisés par une peinture mœlleuse.

Etant donné sa longueur, le panneau devait constituer le compartiment central de la prédelle d'un polyptyque non encore identifié. Quoi qu'il en soit, ce polyptyque devait être destiné à un monastère bénédictin réformé (de camaldules, d'olivétains ou de chartreux) car les moines et saint Benoît lui-même, sont vêtus du froc blanc.

De Lippo d'Andrea, on conserve une série importante de petits retables représentant la Vierge et l'Enfant accompagnés de saints, qui s'inscrivent dans une production standardisée. Les polyptyques et les fragments à sujet narratif qui nous sont parvenus sont plus rares.

© MBA Tours, cliché Marc Jeanneteau