UA-10909707-12

Fermeture jusqu'au 15 décembre

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le Musée des Beaux-Arts est fermé au public du vendredi 30 octobre au mardi 15 décembre inclus.
Toutes les visites et tous les événements de la programmation culturelle sont annulés pendant cette période.

> > > 14-16e siècle

14-16e siècle

Anges musiciens (1368)

VENEZIANO Lorenzo

Documenté à Venise et à Vérone de 1356 à 1372

Anges musiciens (1368)

Tempera sur bois, peuplier

H. 28,8 cm L. 63,3 m

Acquis avec l’aide du FRAM-Centre et des Amis de la Bibliothèque et du Musée, 1998

Inv. 1998-3-1

Notice complète

Le tableau constituait à l'origine la partie supérieure du Couronnement de la Vierge de la collection de Tours, dont il a été probablement séparé au cours du XIXe s. Dans les angles inférieurs on entrevoit la tenture d'honneur, dorée finement poinçonnée de motifs ornementaux mêlés de losanges, en parfaite continuité avec les décorations des bordures du même tissu sur le tableau du registre inférieur. L'œuvre a en outre été rognée de quelques centimètres, en particulier sur les bords latéraux où apparaissaient les visages des angelots tenant un luth, dont on aperçoit le bas du corps dans la partie haute du tableau du couronnement.

Le petit ensemble vocal et instrumental est formé de seize angelots animés, saisis dans des poses et des expressions les plus variées, tandis qu'ils chantent ou qu'ils jouent de divers instruments de l'époque, comme la vielle, le psaltérion, la petite trompette, le luth, la mandoline, le tambourin et l'orgue portatif.

Démembré en 1636 le polyptyque fut en suite dispersé. On retrouve la trace du Couronnement de la Vierge et des Anges musiciens dans la collection Hercolani au XVIIIe s. puis, suite à la vente ce cette collection on perd toute trace de l'œuvre jusqu'au moment où elle réapparait en 1996, lors d'une vente Sotheby's. Acquise par le marchand monégasque Adriano Ribolzi, elle entre en 1998 dans les collections du musée de Tours, où elle reprit sa place au sein de l'une des œuvres les plus suggestives du répertoire de la période de maturité du peintre vénitien.