UA-10909707-12

Fermeture jusqu'au 15 décembre

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le Musée des Beaux-Arts est fermé au public du vendredi 30 octobre au mardi 15 décembre inclus.
Toutes les visites et tous les événements de la programmation culturelle sont annulés pendant cette période.

> > > 14-16e siècle

14-16e siècle

Le Couronnement de la Vierge

VANNI Lippo, atelier de

Documenté à Sienne de 1344 à 1376

Le Couronnement de la Vierge

Tempera sur bois

H. 89 cm L. 37 cm.

Legs Octave Linet, 1963

Inv. 1963-2-2

Notice complète

Lippo Vanni serait au nombre des artistes les plus doués sortis de l'atelier de Pietro Lorenzetti. Il resta marqué par la tendresse moelleuse de son maître qui caractérise le Couronnement de la Vierge et le Christ bénissant de Tours à situer dans la phase finale de l'activité de l'artiste.

Cependant la peinture grasse et souplement étalée, les typologies lourdes et charnues, sont éloignées des traits plus expressifs des oeuvres de jeunesse, qui rivalisaient avec les graphismes élégants de Niccolò di ser Sozzo. Les traits plus menus de la Vierge, l'allongement des figures et surtout celui des mains, s'expliquent par des expériences plus complexes que Lippo avait accomplies entre-temps, voire par le significatif regain d'intérêt pour Simone Martini.

Le type du Christ bénissant est propre à Lippo Vanni et on le retrouve, par exemple, dans le pinacle du petit retable du Museo d'Arte Sacra de Lucignano Val di Chiana ou dans la miniature d'un antiphonaire de l'Opera del Duomo de Sienne (ms.126, C.21v). La couleur du manteau de la Vierge, blanc au lieu du bleu traditionnel, est fréquente à Sienne, tout particulièrement dans la représentation de la scène de l'Assomption - voir, par exemple, L'Assomption peinte à fresque par le même Lippo Vanni au sommet de l'arc de triomphe de San Leonardo al Lago.

Laclotte, en 1978, a prudemment avancé l'hypothèse selon laquelle le panneau de Tours pourrait avoir été le pinacle central du polyptique recomposé à l'occasion de l'exposition du Louvre, Retables italiens du XIIIe au XVe siècle, à partir des panneaux conservés au musée Tessé du Mans (La Vierge et l'Enfant) et dans l'église Saint-Louis-en-L'Ile à Paris (Saint Paul et Saint Pierre), dont l'attribution à Lippo Vanni est due au même auteur. Les dimensions semblent cependant vraiment trop importantes pour que l'on puisse penser à la partie supérieure d'un polyptique et nous laissent supposer qu'il s'agit plutôt là de l'élément central d'un polyptique d'échelle plus réduite, dont il est impossible, pour le moment, de repérer les volets latéraux.


©MBA Tours, cliché Marc Jeanneteau