> > > 19e siècle

19e siècle

Judith victorieuse (1873)

THIRION Eugène Romain

Paris, 1839 – Paris, 1910

Judith victorieuse (1873)

Huile sur toile

H. 205 cm L. 122 cm

Dépôt de l'Etat, 1874, transfert de propriété de l'Etat à la Ville de Tours, 2010

Inv. 1874.1.2

Notice complète

Thirion entre à l'Ecole des Beaux-Arts en 1857, présenté par Picot. En tant qu'élève de Gleyre, il participe au premier essai du concours de paysage historique de 1861 (Mercure et Argus) et, en 1862, proposé par Picot, à celui de peinture historique. Sa première participation au Salon (Homère aveugle réduit à chanter ses poèmes dans les rues d'Athènes, 1861), favorablement accueillie par la critique, amorce une longue suite de succès et de récompenses qui rythment ses envois très réguliers aux Artistes français jusqu'en 1909. Il y alterne les scènes mythologiques et les sujets d'inspiration biblique avec les portraits et bénéficie de nombreuses commandes de décoration qui attestent l'estime des pouvoirs publics.

Avec cette Judith victorieuse, l'artiste, qui n'est pas un réaliste, privilégie une lecture métaphorique de l'histoire contemporaine à travers un grand poncif de la peinture européenne. Il lui permet d'exprimer son admiration pour les maîtres anciens par le mise en place de tout un jeu de références. Le hiératisme de Judith annonce l'élégance maniériste (allongement du corps, souplesse des gestes, ampleur des draperies) de nombre de ses compositions futures comme Rébecca à la fontaine (Salon de 1874, musée de Carcassonne), le Saint Sébastien du Salon de 1875 (Paris, musée d'Orsay) ou les figures plus tardives destinées à l'Opéra et à l'Hôtel de Ville de Paris. Comme les héroïnes de la Renaissance, Judith détourne le regard du visage de sa victime et se présente au spectateur dans une attitude que Gustave Moreau adopte à son tour pour la Salomé du Salon de 1876. L'artiste emprunte aux Vénitiens et à leur belle aisance décorative, à Véronèse en particulier, les alliances acides de coloris tandis que les personnages masculins, traités comme les Quatre Parties du monde, appartiennent au vocabulaire classique. Dans cette écriture mêlant tradition baroque et symbolisme, Thirion définit rapidement les caractéristiques de son style et rejoint le courant illustré par Moreau et Henri Léopold Levy, son condisciple de l'Ecole des Beaux-Arts, qui renouvellent le répertoire biblique d'un regard enrichi au contact de l'orientalisme.