UA-10909707-12

> > Actu et événements

L'Invention musicale chez Léonard de vinci

Le 11/09/2019

À l’occasion du 5e centenaire de la mort de Léonard de Vinci (Amboise, le 2 mai 1519), le Musée des Beaux-Arts et le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) proposent une exposition-dossier consacrée à l’intérêt de Léonard pour la musique

MBA Tours

L’exposition se déploie dans deux salles du musée.
Dans la première, les visiteurs sont invités à découvrir un documentaire inédit présenté dans l’installation musicale Cubiculum musicae Leonardo da Vinci. La seconde salle accueille des fac-similés de carnets de Léonard sur lesquels figurent des annotations et des esquisses relatives à la musique et aux instruments qu’il a imaginés.

Léonard de Vinci (Vinci, 1452-Amboise, 1519) était musicien, il jouait d’un instrument nommé lira da braccio, et sur l’accompagnement de cette lyre il improvisait des vers. Il s’agissait d’une pratique musicale très répandue en Italie au XVe siècle, tant dans les milieux populaires que dans les cours savantes.
En tant que musicien, son attention se porte sur l’observation des phénomènes sonores, tandis que sa connaissance de la pratique instrumentale le pousse à appliquer aux instruments les résultats de ses recherches sur la mécanique.
Grâce à cette exposition, le public découvre les procédés créatifs de Léonard dans un environnement musical qui permet d’apprécier les compositions de cette époque.

Dans le Cubiculum musicae Leonardo da Vinci, un documentaire de 10 minutes illustre l’intérêt de Léonard pour la musique, en plongeant le public dans les images et la musique de l’époque.
Puis, pendant 3 minutes, le visiteur est immergé dans l’écoute d’une composition de Bartolomeo
Tromboncino (1470 ca-après 1535), musicien contemporain de Léonard qui travailla dans les cours de Ferrare et de Mantoue, et qui fréquenta également la cour de Milan. Cette écoute s’effectue face au portrait de Cecilia Gallerani (1473-1536), interprète de ce même répertoire musical et maîtresse de Ludovico Sforza (1452-1500), duc de Milan et mécène de Léonard.
Après l’expérience auditive, dans la salle consacrée à l’exposition le public découvre des fac-similés des carnets de Léonard et une chronologie qui pose les jalons essentiels dans leur contexte.
Les fac-similés des carnets de Léonard conservés à la Bibliothèque de l’Institut de France montrent de près les esquisses et les notes de Léonard de Vinci autour de trois thématiques en particulier : l’étude et l’observation des phénomènes acoustiques que Léonard développe très probablement à Florence, dans l’atelier d'Andrea del Verrocchio ; ensuite, sa recherche sur le bruit, autre que le son et la musique, qui le mène à expérimenter la construction d’un instrument populaire, un tambour à friction, également présenté dans une vitrine ; enfin l’étude et l’élaboration d’instruments mécanisés, activité qui remonte aux années milanaises et qui l’incite à imaginer la fameuse viola organista, l’un des instruments les plus complexes parmi les inventions de Léonard.